Votre institut un patrimoine à faire fructifier

Même en partant de presque rien, cet outil de travail peut devenir un vrai patrimoine, à condition de le gérer comme tel ! Découvrez comment avec Abel Lebas, conseiller en gestion de patrimoine et fondateur de Lebabel Patrimoine.

Comment une activité professionnelle peut-elle constituer un patrimoine ?

Vaut-il mieux faire un emprunt pour acheter un appartement que l’on va habiter ou louer et dont on peut défiscaliser les revenus, ou acheter des locaux commerciaux dans lesquels on va pouvoir développer son activité mais aussi ses revenus ?

Idéalement, il faudrait pouvoir faire les deux. Dans le cas d’un entrepreneur ou d’une entrepreneuse qui démarre, l’option professionnelle peut se révéler plus intéressante.

Mais n’est-ce pas risqué de capitaliser sur son entreprise en achetant ses locaux ?

Il faut savoir qu’il est parfois plus facile d’emprunter pour l’achat de locaux commerciaux que pour son habitation personnelle.

Et pas seulement parce que les coûts peuvent être moins élevés. Face à un dossier de prêt concernant une activité professionnelle, les banques réfléchissent aussi en se basant sur le chiffre d’affaires, la progression d’activité, la valeur et le potentiel de l’entreprise, alors que dans le cas d’un particulier, les critères retenus sont essentiellement les revenus et les charges du foyer.

Par ailleurs, contrairement à certaines idées, le foncier d’activité répond aux mêmes critères de valorisation qu’un bien immobilier d’habitation, même s’il est situé dans une zone d’activité et d’autant plus si l’entreprise prend de la valeur au cours de son développement.

Doit-on penser patrimoine quand on démarre et que l’on a déjà des difficultés à boucler son plan financier ?

Au contraire, y penser tout de suite, et même si l’entreprise que l’on crée est de petite taille, est la meilleure chose à faire. On part ainsi avec une vraie stratégie non seulement pour le développement de son activité mais aussi pour la gestion de sa vie privée.

On ne naît pas forcément avec du patrimoine mais il faut arrêter de penser que cette notion est réservée aux riches. Il y a un moment où il faut se décider avec l’objectif d’améliorer son quotidien professionnel et de préparer sa retraite.

Prenons l’exemple d’un(e) propriétaire d’un spa. Au début, il va avoir l’obligation de travailler dans son entreprise avec à la clé des horaires lourds et de grosses responsabilités. Une bonne gestion patrimoniale pensée en amont construit un projet professionnel qui, au bout de quelques années, va lui permettre de faire travailler des salariés et de se retirer avec des revenus confortables.

Autre cas où une gestion précoce de son projet professionnel est importante : dans le secteur de la beauté et du bien-être, les entrepreneurs qui se lancent sont souvent des jeunes femmes.

Pour ces profils, mieux vaut réfléchir d’entrée de jeu à choisir le bon statut et les bons contrats qui leur permettront de protéger leur activité tout en ayant une vie familiale harmonieuse, avoir des enfants et une bonne prise en charge en cas d’interruption de leur activité pendant quelques mois.

En quoi est-ce intéressant de faire appel à un conseiller de gestion en patrimoine ?

Dans l’univers des instituts de beauté et des spas, les gestionnaires et les praticiens mettent tout en oeuvre pour que chaque client puisse prendre soin de soi en toute sérénité. De la même manière, un conseiller patrimonial, c’est un peu comme un coach sportif. Il est présent aux côtés du chef d’entreprise pour l’aider à faire les bons choix et l’accompagner dans son projet, étape par étape, en analysant les meilleures stratégies d’investissement et d’épargne.

Dans le cas d’une entreprise en difficulté, le conseiller peut également intervenir afin de trouver des solutions. Comme par exemple renégocier les termes des contrats de franchise qui sont trop lourds pour cette activité. Ou encore face aux banques : un entrepreneur qui a des problèmes financiers n’est peut-être pas allé taper à la porte de la bonne banque ou n’a pas présenté son dossier sous son meilleur jour.

Comment fonctionne ce conseiller ?

Sa mission est d’adapter les solutions à la personnalité de l’individu et à la taille de l’entreprise afin de mettre en place un programme qui soit atteignable et qui réponde à la fois aux besoins du moment tout en ayant une vision sur l’avenir.

Il commence par étudier la situation patrimoniale au global, biens éventuels, situation familiale et ce, pour protéger au maximum son client face aux changements qui pourraient survenir dans le futur. S’il intervient en amont du projet, ce qui est toujours préférable, il va étudier les meilleures options pour le mode d’exercice : type de société, montage financier, statut des associés, par exemple.

Dans une jeune entreprise où l’entrepreneur a du mal à se payer, il réfléchit à l’optimisation des revenus en passant au crible les charges pour mieux les réduire, les contrats qui peuvent faire doublon au niveau des garanties et les montages qui peuvent vraiment faire croître la valeur de l’activité.

En terme d’épargne, aussi, l’idée est de trouver la meilleure voie, le faire de façon privée ou professionnelle. Si l’on épargne 300 € sur les revenus que l’on tire de son activité, ces 300 € coûtent en réalité 600 € à l’entreprise car ils sont soumis à différentes charges et cotisations. Si l’on investit 300 € dans son entreprise, l’investissement est seulement de 300 € !

Un spécialiste de la gestion de patrimoine est à même d’analyser toutes les situations afin de proposer les meilleures solutions à ses clients.

Combien de temps dure cet accompagnement ?

Cela dépend de l’activité et du projet. La phase initiale permet de donner un cadre et de prendre les décisions qui permettront à l’entreprise de démarrer sur de bonnes bases juridiques et financières.

Cette phase d’analyse est variable en fonction de l’entreprise mais, globalement, il faut prévoir un à deux rendez-vous préalables qui vont permettre au conseiller de recueillir un maximum d’informations et lui permettre de juger si son intervention peut faire réellement gagner quelque chose à son client !

Par la suite, un suivi au moins une fois par an est idéal afin de mettre à jour la situation de son client et examiner de façon objective les évolutions possibles
pour améliorer le potentiel d’une activité et du patrimoine. Le rôle d’un conseiller est en effet d’avoir une vision à long terme pour valoriser au mieux le patrimoine.

Ces différentes prestations sont régies par la signature de documents contractuels : un document d’entrée en relation qui comprend notamment le code de déontologie de la profession de conseiller de gestion en patrimoine, puis d’une lettre de mission et éventuellement d’une lettre de suivi annuel prévoyant un nombre d’heures payées au tarif horaire fixé hors taxes.

Le coût de ces conseils n’est-il pas un frein pour bien des entreprises, surtout de petite taille ?

Contrairement aux idées reçues, la gestion patrimoniale ne coûte pas d’argent ! Le conseiller est certes rétribué pour son travail mais sa mission est avant tout de rationaliser l’ensemble des opérations de fonctionnement d’une entreprise, de rechercher toutes les solutions pour faire des économies, négocier les coûts et trouver les meilleurs investissements.

Au final, il fait gagner de l’argent à ses clients !